mercredi 14 mai 2014

[Retro-Test] The Legend of Zelda : Twilight Princess - GameCube



Apres l'avoir fait sur Wii à sa sortie en 2006, je viens enfin de finir la version GameCube de ce sublime The Legend of Zelda : Twilight Princess ! Alors hop, je vous propose encore à chaud, ma critique de ce Zelda réaliste, suite d'Ocarina of Time qui s'en inspire grandement !

Pour tout vous dire, à l'époque, je m’étais ennuyé ferme à le finir sur Wii, alors que cette deuxième lancée dans la quête de Link, sur GameCube et 8 ans après, m'a bien plus plus. Je me suis plus mis dans l'aventure et j'ai réellement pris plaisir à le finir. Comme quoi, on peut changer d'avis entre temps sur un même jeu.



Crépuscule et Lumière ...

L'histoire de ce Zelda reprend une bonne centaines d'années après la fin d'Ocarina of Time. Vous vous souvenez ? Non ? Allons ! Bon un bon "précédemment"s'impose !

Previously on "The Legend of Zelda : Ocarina of Time" 

Apres avoir vaincu Ganon et rétablit la paix en Hyrule, Zelda renvoie Link sept ans en arrière, pour qu'il puisse vivre ses sept années perdu (le pauvre n’était pas assez fort pour battre Ganondorf et fut endormi sept ans, le temps que l'enfant grandisse pour devenir un solide gaillard). Une fois revenu dans le passé, Link replace Excalibur dans son piédestal et la fée Navi le quitte. Il va ensuite retrouver la Princesse Zelda pour la mettre en garde contre Ganondorf, afin qu'il ne fasse pas son coup d’éclat.

Après tout ça, on imagine bien que Ganondorf a était arrêté et jugé, voir condamné. La suite nous étant racontée dans Twilight Princess, je n'en dirais pas plus ...
----
Ainsi, on commence au village de Toal, où on apprend que Link doit se rendre dans deux jours au Château d'Hyrule. Si cette première journée se passe sans réel problème, ça ce gâte le lendemain avec l’enlèvement des enfants ainsi que d'Iria, une copine et peut-être amoureuse de Link. Link en les poursuivant se retrouve envoyé dans le Crépuscule qui vient de recouvrir une partie du Royaume d'Hyrule ! Une fois à l’intérieure, il se retrouve changé en Loup grâce aux pouvoir de la Triforce ! Capturé et emmené au Château d'Hyrule, il y fait la connaissance d'une mystérieuse créature, Midona, qui va l'aider dans sa quête. Il va aussi rencontrer la Princesse Zelda, qui va lui expliquer le pourquoi du comment : Xanto, Roi des Ombres, a assiégé le Château d'Hyrule et forcé la Princesse à capituler pour sauver la vie de ses sujets. Depuis, le Royaume plonge petit à petit dans le Crépuscule ... Et sans la Lumière, le Royaume d'Hyrule court à sa perte !

Par la suite, on découvre que Link n'est autre que le Héros Élu des Déesses, d'où sa transformation en loup pour survivre dans le Crépuscule.

Une maniabilité aux poils !

La force de la version GameCube c'est d'être l'originale, et donc parfaitement adapté au pad GameCube ! Ainsi, on retrouve des sensations proches de Wind Waker manette en main. B pour frapper, A pour lancer/porter/parler/sauter à l'épée/ ect ... , X et Y permettent d'assigner des objets et armes, Z pour parler à Midona, R pour saisir des objets à pousser ou tirer, L pour centrer la caméra derrière Link et pour bien entendu "locker" les ennemies et brandir son bouclier, enfin le stick C absent sur Wii permet de bouger la caméra comme bon nous semble. 
Bon ça c'est pour Link. En loup, c'est légèrement différent car il ne peut bien entendu pas utiliser d'épée, mais cela est compensé par Midona qui aide lors des combats. Ainsi, B sert pour attaquer en mordant. On verrouille et on appui sur A pour sauter au cou des ennemis. On maintient B enfoncer pour que Midona utilise son Cercle d'Ombre, une attaque dévastatrice qui touche tout les ennemis dans le cercle. Sinon, R sert toujours à chopper et ensuite tirer et pousser des objets et L à verrouiller.
Enfin, deux spécificités présentes que pour Link en loup : X pour creuser et Y pour activer le sens du loup, qui permet de voir des choses invisibles pour l'oeil humain. Enfin, avec l'aide de Midona encore une fois, il est possible de faire de long saut.
Cette maniabilité est plus que parfaite et ne nous perd jamais, même dans les plus grands moments d'action ! Et les habitués de Wind Waker retrouveront tout de suite leurs marques.

A coté, on retrouve également les "bottes" apparus dans Wind Waker. Ces attaques à l'épée impressionnantes que Link exécute de façon tellement classes. Ici, il faudra les apprendre une par une, enseignées par un ancien combattant d'Hyrule qui pourrait être un certains Héro du Temps ... mais avant de le rencontrer, il va falloir le trouver un peu partout dans Hyrule.



Que ce soit en loup ou en humain, Link reste parfaitement jouable. Comme d'habitude pour un Zelda.

Des graphismes matures et épiques !

Niveau graphismes, c'est du tout bon pour ce Zelda GameCube ! Exit le sublime cell shading, place à des graphismes 3D réaliste hérité de Ocarina of Time ! Un vieux rêve de fan de la licence qui devient réalité.
Pour le coup, on retrouve un Link adolescent accompagné de sa fidèle monture Epona. D'ailleurs, Link est bien plus détaillé que par le passé, tout comme la Princesse Zelda, Midona, Xanto et même Ganondorf (bha oui, il fait partie de l'aventure lui aussi). Un niveau de détails qui tranche radicalement avec les autres personnages, bien plus terne et lisse. Dommage. Comme dans Wind Waker, Link n’hésite pas à guider le joueur en tournant la tête vers un élément important, un ennemi ou un objet. Il a également un visage bien plus expressif et une palette d'animations bien plus poussée qu'avant.
Pour les décors, ça va du magnifique au mauvais. Magnifique car jamais le Royaume d'Hyrule n'aura été aussi beau ! Et grand ! Bien que reprenant les bases issus d'OOT, il est bien plus immense ! Mais certaines textures accuse leur ages, comme celles du sol ou des roches. Mais l'eau et le feu sont magnifique ! Certain lieu sont de véritable carte postale comme le Lac Hylia, le Domaine Zora, certaines ruines ici et là sur l’immense plaine d'Hyrule, le Château ou encore la forêt habitant un certains Temple. Et que dire des effets de lumière, sublime ! Quant au Crépuscule, c'est vraiment jolie, avec des teintes sépia qui se mélange, une atmosphère unique, aussi bien mélancolique que terrifiante. Petit bémol sur le Royaume du Crépuscule qu'on découvre vers la fin du jeu, et qui se résume à un très court donjon. Ne vous attendez pas à un monde parallèle style A Link To The Past ...


Bref, le tout donne tout de suite un Zelda plus mature et épique. Je trouve le jeu bien plus beau que Skyward Sword qui utilise pourtant toute la puissance de la Wii, alors que Twilight Princess est le dernier grand jeu du GameCube. Et même si j'adore le cell shading de Wind Waker, je ne peux m’empêcher de rêver à un Zelda réaliste en HD sur Wii U. En espérant que c'est ce qui nous attend avec le prochain Zelda U ! Twilight Princess est surement le plus beau jeu du Cube ! Rien que ça !

Par contre, le gros point noir de ce monde ouvert et tellement grand : le vide ! Car Hyrule est d'autant plus grand qu'il n'est vide (ça se dit ça ?). Seulement trois villages dans tout le jeu. Toal plutôt petit et habité. Cocorico version Far West, plutôt grand, et remplis seulement de quelques gorons, deux-trois personnes et sinon ce sont les enfants du Village de Toal qui y viennent à un moment de l'aventure. Et le Domaine Zora habité de quelques Zoras, mais c'est tout. Bon allez j'ajoute la montagne des Gorons qui est un peu peuplée. La plaine d'Hyrule est énorme, mais vide ... à part les ruines, il n'y a vraiment pas grand chose. Pas de vie, hormis les ennemis ici et là. Bref, Nintendo à vue grand, mais n'a pas pensé à habiter le tout. Ça manque de vie ou encore de personnages charismatiques intéressant.

Coté musique, il est dommage de n'avoir que des compositions électronique. Nintendo n'avais pas encore franchit le pas de l'orchestration symphonique et c'est vraiment dommage. Les musiques sont belles et remix avec brio les grands thèmes de la saga, mais les voix de chorales en MIDI font vraiment tache ...

Une aventure longue avec un faux air de déjà vue ...

Et oui, l'aventure est plutôt longue ! C'est simple, compté une bonne trentaine d'heures pour arriver au bout de l'aventure principale, sans vraiment trop explorer. Les quêtes annexes sont pourtant moins nombreuses que dans les autres Zelda sortie avant, mais l'aventure dure assez longtemps. Tout commence comme un remake d'Ocarina of Time, avec des événements pratiquement similaire comme ceux touchant les Zoras, mais ça s'éloigne ensuite vers une deuxième partie de jeu ayant sa propre identité, pour finir avec une troisième partie plus action, surtout pour le dernier donjon, plutôt court.
Les donjons justement, parlons-en ! Déjà, ils sont bien plus nombreux que ceux de Wind Waker ! Un bon point. Mais ils sont aussi superbement réalisés ! Jamais un Zelda n'avait usé d'autant de génie en level-design ! Chaque pièce, chaque couloir, chaque rouage d'une énigme ont une signification importante et ne font qu'un avec le donjon. Et quel bonheur une fois le donjons maîtrisé, et le boss défait.

  • Une difficulté pas vraiment poussée ...
D'ailleurs, concernant les boss, je les trouves assez simple, même si ils sont immenses et avec une mise en scène épique. On risque rarement le game over même en traînant devant le boss à chercher son point faible. C'est pareil pour la plupart des ennemis, qui sont simple à vaincre. Seul les fameux "Darknut" sont plus difficile à battre, car il faut jouer sur les bottes apprises pour réussir à les mettre à terre, ce qui est un vrai kiffe d'ailleurs.  La plupart des ennemis sont plus intelligent que dans les autres épisodes, n'hésitant pas à appeler à l'aide ou a mieux se protéger, mais bizarrement ils sont simple à vaincre. Dommage dommage. Mais en générale, c'est vraiment toute la difficulté du titre qui est dans la veine de Wind Waker, c'est à dire tout public. Seul la fin est plus difficile.

  • Un rythme constant sans temps mort.
Vous avez peur de retrouver des moments de mous et de flottement lors de votre aventure, à l'image de ceux présent dans Wind Waker ? Et bien rassurez vous ! Car dans Twilight Princess l’aventure file 100 à l'heure ! Toujours dans l'épique, comme par exemple ces combats à dos d'Epona sous la pluie et l'orage. Des moments de bravoures qui ce succèdes à un rythme effrénés sans jamais baissés et qui laisse leur empreinte dans les esprits ! Des moments épiques où il flotte une ambiance très "Seigneur des Anneaux" de Peter Jackson. Bref, comme pour les graphismes, nous avons ici une ambiance plus mature que les autres épisodes donc, et que j'ai adoré !
Seul les phases dans le Crépuscule, alors qu'il faut retrouver les Larmes de Lumière, pourront ennuyer car moins rythmées et donc moins prenantes. Mais en même temps, elles servent le scénario et reste plutôt bien faite. On va dire que ces les phases qui m'ont le moins plus dans cet opus.


  • L'exploration est toujours de mise ...
Sachez que le Royaume d'Hyrule regorge de grottes secrètes, de lieux énigmatiques cachant des trésors (trèèès souvent des rubis malheureusement). L'exploration est donc toujours de mise, même si cela reste surtout pour les cinquièmes de cœur (et oui exit les quarts de cœur) ou encore la collecte d'âmes et d'insectes. On retrouve aussi la pêche et quelques mini-jeux sympatoches. Enfin, c'est dommage de ne trouver qu'une seule Grande Fée dans tout le Royaume, cachée dans la Caverne de l'Ordalie, un donjons sous-terrain où il faut supprimer tout les ennemis présents à l'étage pour accéder au suivant. D'ailleurs, le fait qu'il n'y a aucune Grande Fée à pour conséquence que Link n'utilise pas de magie dans cet épisode.

Midona mon amour ...

Apres une Navi plus qu’énervante dans Ocarina of Time, un bateau qui parle pas vraiment charismatique dans Wind Waker et avant une Fay assez statique au langage robotique dans Skyward Sword il y a eu Midona, l’énigmatique personnage qui accompagne Link durant toute son aventure. On sent que Nintendo à particulièrement travaillé ce personnage pour le rendre attachant, et c'est réussi ! Jamais avare en conseil, elle n’apparaît que lorsqu'on en a vraiment besoin, se cachant dans l'ombre de Link quand il est humain. Quand Link est un loup, elle sera sur son dos. Plus que des conseils, elle aide Link aux combats ou pour atteindre des zones non accessible en le faisant sauter plus loin. Si au départ on l'aime pas beaucoup, a cause de sa façon de nous parler et de ce comporter, petit à petit elle va aussi bien s'attacher à Link que nous à elle. Tellement que certain risque de verser une petite larme quand elle quittera définitivement Link à la fin de l'aventure. Lié au scénario, elle ne se dévoilera au fur et à mesure que le joueur progresse. On apprendra par la suite que c'est elle la fameuse Princesse du Crépuscule, qui donne le titre à ce Zelda
Je trouve qu'elle est aussi bien réussi que l'est Elizabeth dans BioShock Infinite, qui joue légèrement le même rôle, même si Midona à plus un rôle de guide pour le joueur.



Les différences entre la version Wii et GameCube

Comme dit plus haut, il s'agit du test sur GameCube et non Wii. La différence entre les deux versions est déjà visible dans l'image inversée sur Wii. Pourquoi ? Car Link est gaucher, mais comme la version Wii est censée nous faire tenir l'épée de Link à travers la Wiimote et pour coller à la majorité des joueurs, ils ont donc inversé l'image pour que Link tienne son épée de la main droite.
Ensuite, niveau gameplay, sur GameCube il n'y a pas de viseur à l'écran, donc la visée et un peu plus lente, et bien entendu moins naturel que ce que nous propose la version Wii. La version Wii a aussi une touche supplémentaire pour assigner un objet, donc trois au lieu de deux. 
De plus, sur Wii on profite du 16/9ème par rapport à la GameCube qui reste en 4/3. Une décision étrange de la part de BigN, là surtout pour différencier les deux versions étant données que quelques jeux GameCube pouvait afficher une image 16/9ème.

La version GameCube peut se targuer d'être la version d'origine, d'avoir son Link gaucher et de proposer des graphismes poussant les limites de la console. De plus, le gameplay est conçu pour le pad GameCube et on y retrouve directement ses marques. Enfin, la caméra est entièrement gérable avec le stick C, ce qui est impossible sur Wii.
Enfin, concernant les graphismes, outre le 16/9ème sur Wii, ils sont complètement identique d'une version à l'autre.

Conclusion

Vous vous en êtes surement douté, mais ce Zelda est l'un de mes préféré avec Wind Waker ! Si j'aime Wind Waker pour sa beauté poétique et son ambiance enfantine et très "marine", j'aime Twilight Princess pour son ambiance épique et sombre, qui en font surement l'épisode de la maturité de la saga ! Il est de plus beaucoup plus réussis, long et beau que Skyward Sword sortie il y a deux ans. Les phases en loup s’insèrent sans problème dans l'aventure sans l’alourdir, au contraire. Midona est surement le meilleur compagnon de Link, tout épisode confondue. Enfin, les donjons sont sublimes et tellement nombreux ! Bien sur, tout n'est pas rose dans le jeu, comme des textures un peu vieillotte, quelques phases de gameplay moins prenantes (celle du Crépuscule pour moi), moins de quêtes annexes ou encore un monde certes immense, mais assez vide.  Mais c'est vraiment petit par rapport au plaisir que procure cette épique et grande aventure !


J'aime :
  • Des graphismes réaliste sublimes sur GameCube
  • Une ambiance sombre, épique et mature
  • Une aventure longue, bien plus que la plupart des épisodes
  • Des moments épiques mémorable
  • Midona !!!
  • Les phases en loup très réussi
  • Un scénario et une mise en scène plus travaillés
  • Hyrule ! Immense !!
J'aime moins :
  • Des textures qui date
  • Pas de musiques orchestrale
  • Des ennemis un peu trop facile à vaincre
  • Pas de mode Héroïque
  • Des seconds personnages plus terne et lisse
  • Un monde un peu vide tout de même ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envie de faire partager votre avis? C'est ici que ça se passe...

Template Designed by Mastemplate